22 février, ou la nouvelle prière du vendredi

par Ghania Mouffok
(texte reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteure)

En vidéo, l’émision Skimi Radio (sur Soundcloud), avec Ghania Mouffok, Omar Zelig, Salah Badis, Hamdi Baala… Principalement en français avec un peu de Derja.

En Algérie, les centaines de milliers de personnes qui manifestent à travers tout le pays ont majoritairement entre 20 et 30 ans, l’âge de la majorité et d’internet. Et ce n’est pas « le mur de la peur » qu’ils ont décidé de briser mais le Pacte du silence. Et si ce n’est pas (encore ?) une révolution, c’est une libération.   

Un jour, Cherif Belkacem, membre du Conseil de la révolution sous Boumediène, homme puissant parmi les puissants à cette époque m’a dit : « Bouteflika est un destructeur, et tu ne peux même pas imaginer à quel point… » En mon for intérieur, j’avais pensé qu’il disait cela par dépit, ce n’était pas un secret, les deux hommes se détestaient cordialement et s’étaient disputés, dans une rivalité fratricide, la première place auprès du président Houari Boumediène, qui choisit, en 1974, Bouteflika contre celui que l’on continuait à appeler de son nom de guerre Si Djamel.

L’un et l’autre avaient participé au plus près à la création du système de pouvoir en Algérie, depuis les bases d’Oujda au coup d’Etat de 1965 contre le premier président de l’Algérie indépendante A. Ben Bella, système dont le chef incontesté était alors le colonel H. Boumediène.

Un système de l’ombre, de coups fourrés, de coups d’Etat, de coups de force, qui fonctionne en dehors de toute légalité autour de ce que Cherif Belkacem appelait : « El Djemaa » que l’on pourrait traduire par L’Assemblée, le Cercle des sans visage. En le regardant vivre et mourir, je compris une chose : dans cette Djemaa les individus ne comptent pas. Et qu’importe votre passé, votre force d’hier, si vous en êtes exclu, d’une manière ou d’une autre, vous n’êtes plus rien et le cercle se referme en vous condamnant en plus au silence, pendant qu’au plus profond, vous espérez qu’un jour El Djemaa vous rappellera. Jamais trop loin de son téléphone, Cherif Belkacem a attendu plus de trente ans, en vain, et bien que brillant, je crois que jamais depuis son éviction il n’a eu d’autre emploi que celui d’attendre. L’ivresse du pouvoir est une drogue dure en Algérie.

« La casa d’El Mouradia »

Aujourd’hui A. Bouteflika est devenu à son tour otage du Cercle qu’il a contribué à forger. Sans voix pour se défendre, sans jambes pour se sauver, il est devenu le rideau derrière lequel se cache El Djemaa qui feint de l’honorer comme le messager d’un dieu païen alors qu’elle le déshonore.

C’est le prix à payer pour que le Système impitoyable dure. Durer est aujourd’hui la seule ambition de cette tyrannie d’hommes invisibles. Gagner du temps parce que le temps c’est de l’argent et parce que devant n’importe quel tribunal, ils seraient condamnés pour infamie… C’est sans doute ce qu’il faut comprendre de ce qu’ils appellent « la mission » de Bouteflika en tentant de l’imposer à la nation pour un « cinquième mandat ». Le message est clair : en Algérie il n’y a plus d’Etat au sens d’intérêt général, de service public, d’arbitrage. L’Etat est moribond à l’image de A. Bouteflika.

Cette Djemaa a une histoire, née dans la guerre de libération nationale, la raconter reviendrait à raconter l’histoire secrète du pouvoir en Algérie.

Mais on peut dire que si la structure est la même, sa composante humaine, son insertion dans le monde, son rapport à la société algérienne, son rapport à l’argent public, son rapport à la violence d’état, ses intérêts ont changé en même temps que changeait le monde et donc l’Algérie. Entre une djemaa qui prétendait inventer le socialisme d’état et une djemaa qui s’inscrit dans le marché mondial où tout est marchandise, les objectifs, les alliances nationales et internationales, la corruption, le rapport à la société, au salariat, aux démunis, aux damnés, à l’argent public et privé ne sont plus les mêmes. Seuls demeurent à l’identique les instruments de pouvoir : la force armée, l’argent du pétrole, la propagande et le mensonge, la justice. Trop d’argent, trop d’armes, trop de sang sur les mains, trop de viols de la légalité même formelle ces 20 dernières années,  depuis l’annulation des élections en 1992 jusqu’au cadenassage des portes de l’Assemblée Nationale, image incroyable au coeur du pouvoir formel, pour chasser un président de l’Assemblée Nationale et Populaire et le remplacer par un autre qui sera invité, comme si de rien n’était, aux cérémonies célébrant le 1er novembre 54 aux côtés de toutes les institutions de l’Etat, militaires et civiles  – ont transformé la Djemaa originelle en une coalition au service d’intérêts privés et particuliers qui utilise l’ensemble de l’appareil d’état contre l’intérêt général.  Administration, justice, banque, entreprises publiques, instances financières, marchés publics, médias publics et surtout privés (financés sur l’argent public déguisé en argent privé) et enfin l’appareil roi, l’appareil militaro-policier, son bras armé sans lequel un tel régime serait inimaginable.

Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les CV de ces ministres, hommes politiques, chargés aujourd’hui de faire la campagne officielle de l’élu du Système. De Abdelmalek Sellal, directeur de campagne, à Sidi Saïd, patron cynique de l’UGTA, en passant par Amar Ghoul, leader d’un petit parti et ancien ministre, Ahmed Ouyahia, chef du gouvernement actuel et leader de la coalition « des partis présidentiels » (sic) ou Amara Benyounes, chargé officiel de la communication, tous cités d’une manière ou d’une autre à l’occasion de ces scandales qui défrayent la chronique de ce mélange entre intérêt publics et intérêts privés.

« Fils du peuple, Ouled Chaab »

La majorité silencieuse en Algérie, à ne pas confondre avec passive, sait tout cela, elle en a la science. Une science qui s’apprend, qui se construit dans ce quotidien qui nous dénie matin et soir, jour et nuit, la construction d’une citoyenneté dans une violence physique et symbolique inépuisable et épuisante. En Algérie, tout se sait mais rien ne se dit.  Aujourd’hui, les algériennes et les algériens qui manifestent par dizaines de milliers à travers tout le pays ont décidé, non pas de « briser les murs de la peur », mais de rompre le Pacte du silence. Pacte du silence, cette espèce de corruption passive où l’art de survivre en Algérie est devenu un art de naviguer et de se taire à condition de prélever sa part de la rente pétrolière, du colossal à l’infime. Et c’est là que ces manifestations sont inédites et historiques, incomparables avec toutes les autres, et si ce n’est pas la révolution, il s’agit bien d’une libération collective et massive de ce fardeau invisible.

De ma vie – et pourtant j’en ai couru des manifestations, en tant que journaliste ou que citoyenne-  jamais je n’ai été envahie par un tel sentiment de légèreté, en ce vendredi 22, après la prière, à l’heure de la manifestation. J’étais partie pour voir et j’ai vu, et avant ma tête c’est le poids de mon corps qui m’a dit que ma place n’était pas d’être une observatrice, plantée là sur le trottoir, mais de faire confiance à ces gens qui marchent, de rejoindre cette danse incroyable, cette danse que j’attendais, que nous étions des dizaines de milliers à attendre, mon corps m’a dit, avant ma tête, de rejoindre ces milliers de corps qui avançaient dans une indescriptible conscience/confiance de soi, une concentration voulue et organisée, pour me libérer avec eux du Pacte du silence. Et je me suis glissée dans la vague qui m’a accueillie parce qu’elle n’appartenait à personne et c’est comme si je m’étais retrouvée à marcher avec des milliers de lianes qui à chaque pas se libéraient d’un énorme poids secret porté toute ces longues années dans la honte du silence. Il n’y avait quasiment pas de banderole écrite, juste des milliers de voix qui chantaient ensemble : « Ya Bouteflika/ makache el khamissa », un « non » sans appel. 

En se rendant visibles, ceux qui se présentent comme « les enfants du peuple », expression que j’ai entendue dans la manifestation du 22 février, déclamée comme une carte de visite devant l’Assemblée Nationale, « Ouled chaab » se dressent aujourd’hui contre la dictature de la Djemaa invisible. J’ai le sentiment de marcher avec un peuple devenu souverain et c’est royal. C’est une manifestation politique qui interdit de dire à ses tyrans qu’il est content. C’est une addition d’individus, de voix, qui traverse toutes les couches sociales, tous les courants politiques, sans hégémonie et qui invente une nouvelle langue politique depuis la même mémoire sociale, politique, les mêmes deuils. Arrivée devant l’Assemblée populaire, une pensée pour ceux qui ont croisé la mort parce qu’ils voulaient fuir ce pays confisqué et pour eux devenu irrespirable : « Allah yarham El Haragua », une pensée pour les brûleurs des frontières. Plus loin, une mère porte la photo de son fils enlevé et depuis disparu. Des deuils sans tombe, sans patrie.    

« Pacifique, pacifique »

En s’arrogeant le droit de présenter une marionnette sanglée sur une chaise roulante pour nous représenter d’abord à nos yeux qui tous les matins se regardent dans la glace, ensuite aux yeux du monde, la Djemaa des invisibles s’est donnée un droit tabou : celui d’offenser un peuple et sa patrie. Une insulte à son passé, son présent et son avenir. Aucun peuple au monde ne peut accepter qu’on élise à sa place un président qui ne parle pas. Il y a quelque chose ici qui relève de l’honneur. 

Mais, en brisant ce tabou, les invisibles en ont cassé un autre : ils se sont rendus visibles parce qu’il n’y a pas de marionnette sans ficelle. Grave erreur. En nous offrant un cadre troué en guise de président c’est comme si la tyrannie de l’invisible s’était dévoilée, démystifiée.

En se dévoilant, ils nous ont en même temps dévoilé, ne nous laissant d’autre choix que de rompre le pacte du mensonge : « On vous voit à travers ce trou tirant les ficelles. On ne voit même plus que vous avec votre insultante arrogance, votre inquiétante vulgarité, vos incompétences criardes, votre argent qui a l’odeur du sang des autres, vos affaires scandales à répétition, votre grossière propagande, votre irresponsabilité, vos lâchetés et vos menaces ».

Les manifestations sont à la mesure de l’offense. Elles inaugurent la fin d’un Pacte avec le Système, un face à face inédit, sans rideau d’avec la réalité du pouvoir, face au Système, « rejeté globalement et dans le détail. » Elles revendiquent un nouveau contrat politique entre gouvernés et gouvernants. Un contrat qui reste à écrire et à signer. Le chemin sera dur et long. Alors avec cette nouvelle génération de manifestants qui pourraient être mes enfants et qui m’apprennent une nouvelle langue politique, avec eux je murmure : « selmiya, selmiya, pacifique, pacifique », et j’ajoute : «Djeich chaab/ khawa, Khawa », comme on psalmodie la nouvelle prière du vendredi.

Ghania Mouffok

Written By
More from Ghania Mouffok

La vie oui, la mort non, d’elle aussi y en a marre

… nous savions que nous nous étions invités à la cérémonie de...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.