On se pensait Mort, on est Vivant !

Après un sentiment d’euphorie, il reste à avoir une vision d’avenir, sur l’après grande marche du 22 Février qui fut une réaction de libération. On peut enfin lever la tête car on a su dire NON à cette mascarade tous ensemble.

Depuis des mois , on entend que les cadres, les politiques et les dits intellectuels sont sollicités pour réfléchir et proposer un vrai projet de société. Leurs tergiversations ont fait que la rue a fait sans eux, la notion d’intellectuels est totalement galvaudée, le débat politique et démocratique a disparu de la sphère publique depuis un bon moment, c’est ceux qui spéculent et s’insultent sur facebook qui vont bouleverser la donne, je ne le crois pas; j’espère que ceux qui auront du courage vont émerger du terrain des luttes et seront crédibles cette fois-ci. Les luttes partisanes et les dénigrements ont pollué toute forme de débat constructif, ils ont trop méprisé cette jeunesse et ce peuple et ont de ce fait perdu le peu de confiance qu’ils pouvaient avoir.

Il y a un besoin urgent d’encadrement, de courage politique, de conscientisation, il faut un ancrage réel sur les réalités sociales, dans la population et s’organiser pour devenir une force de proposition… Ils ont été tant sollicités ces cadres de la nation et leur lâcheté n’a eu d’égale que leur esprit de division et de convoitise, d’autres n’ont pas pu s’exprimer dans ce chaos ambiant et il faut pouvoir se distancier pour avoir une vue et une vision d’avenir, j’espère vraiment une vrai prise de conscience de la sphère politique, socio-culturelle car encore une fois, cet élan de révolte risque d’être confisqué et détourné au profit de forces obscures car ils auront manqués de courage comme ce fut le cas des années auparavant. Ces forces qui malgré leur proche passé sanglant et fourberies criminelles, comptent sur l’amnésie collective et le désespoir et avancent cette fois masquées et avec prudence pour regagner le terrain.

Trop de drames et de trahisons, trop de souffrances, il faut la gagner la confiance et les beaux discours partisans ne suffiront pas. Oui, il ne faut pas considérer le combat comme acquis, il y a trop d’inconnues et même si un sentiment de fierté émerge avec cette première marche après tant d’humiliations, il faut garder la tête froide et réfléchir à l’avenir, s’organiser, car tout , absolument tout est à reconstruire. Ce pouvoir est machiavélique, il ne lâchera pas pour une simple marche fut-t-elle réussie..

Ils laissent des ruines en ayant détruit tout ce qu’ils pouvaient détruire, enfin ils n’ont encore rien laissé, ils rusent encore pour se maintenir, et disent avec audace » Après nous le déluge ! » mais l’espoir demeure et renaît et ce peuple est entrain de renaître de ses cendres, il peut encore surprendre. La peur fut transcendée et il a prouvé qu’il pouvait être mature, malgré de longues années de trauma et d’impuissance, mais le plus dur est à venir, se mettre à travailler et y croire enfin, construire et maintenir le souffle et aller au bout du combat, cela va demander du courage et des sacrifices, quand on n’a plus rien à perdre mais une vie digne à retrouver, cela vaut bien tous les sacrifices….

Que vive l’Algérie et son courageux peuple, tant éprouvé.

Faiza Seddik

Faiza Seddik Arkam
Faiza Seddik Arkam

Née à alger où elle a effectué des études de lettres modernes. Elle y a fait un peu de journalisme. Elle a effectué des recherches sur le domaine de l'anthropologie du religieux et de la maladie. Elle travaille en France en tant qu'anthropologue co-thérapeute en consultation transculturelle auprès de familles de migrants sur les questions liées à l’exil et au trauma de guerre ainsi que sur les questions liées à la conception de la maladie et du sacré dans les différentes cultures. Ses recherches dans le cadre de son doctorat en socio-anthropologie ont porté sur les sociétés touarègue et sahariennes du Hoggar autour du système magico-thérapeutique et religieux.

Tags from the story
More from Faiza Seddik Arkam

Silmiya! Silmiya!

Par Faiza Seddik Arkam l Silmiya! Silmiya!  (Faiza Seddik a publié ce texte sur...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.