En musique

Sur tes paupières closes
Tous les ouragans
N’ont plus droit de cité
Ils deviennent brises dociles
Epis de maïs vainqueurs
Rondes de fées
Si fines qu’elles disparaissent
A la moindre quinte de toux


Sur tes paupières closes
Amarrées à ta voix-sortilège
L’Algérie s’habille
De mandoles et de violons hâlés
De luts et de tambours folâtres

L’Algérie
Est
Une
Femme

Tu chantes pour Elle
Et
Pour moi
Sur le parvis des étoiles
Dans la crypte fraîche de la lune
Sur le belvédère frémissant de mon visage
Tu chantes
A l’envers des racines
A l’envers de l’horizon qui se mutine
Sur la pointe des pieds des rivières
Et dans la moiteur fripée de nos draps confondus de plaisir

Laisse-moi
M’allonger
Sur tes paupières douces
A la manière d’une lionne comblée par le soleil


Sur tes paupières closes
Les pavots scintillent
La musique est une ribambelle de constellations
Les mers s’ensemencent sans l’autorisation des dieux

Je nais
Orme-velours
Louve-liane
Aigrette en plumes d’anges

Il y a des jours où la mort est une chaude noix de muscade…

Written By
More from Isabelle VAHA

En musique

Là Sur tes paupières closes Tous les ouragans N’ont plus droit de...
Read More

Laisser un commentaire