Alger 1969, Festival Panafricain d’Alger

L’Algérie n’est pas un simple pays africain tentant de trouver le chemin du développement économique. L’Algérie est une des rares nations à avoir vaincu la colonisation par ses propres moyens et à ainsi avoir inspiré les mouvements de libération et de lutte contre l’impérialisme. De Nelson Mandela et l’ANC à Fidel Castro en passant par Yasser Arafat et l’OLP, la résistance du peuple algérien a été une inspiration pour une génération de militants aux quatre coins du monde.

Dès 1963, l’Algérie s’impose comme la patrie des peuples en lutte pour leur dignité contre la guerre économique que leur imposent les puissance impérialistes et les multinationales dont ils servent les intérêts. En 1969, Alger reçoit l’Afrique. Une Afrique en lutte, une Afrique qui se rêve unie et tournée vers la maîtrise de son destin.

Les Algériens peuvent être fier de cet héritage. Nous devons en être les gardiens malgré le désenchantement, malgré les abandons, les trahisons, le long échouage de la décennie noire et le saupoudrage de la rente. Cet héritage devrait nourrir une ambition nouvelle faite d’émancipation et de respect des peuples au moment où chaque jour l’actualité livre son lot de pauvres bougres venus mourir aux portes de l’Europe pour échapper à l’oppression et à la barbarie qui ont aspiré des peuples entiers suite à des guerres nourries par les intérêts des puissances impérialistes.
L’Iraq qui se désagrège suite à la guerre américaine, la minorité Shiite du Yemen qui croule sous les bombes larguées par des avions saoudiens vendus par la France, la Libye qui s’enfonce dans le chaos après une intervention militaire franco-américaine, le régime de Bachar Al Assad qui écrase les insurrections en livrant les populations aux mains de l’État Islamique pendant que Gaza ravagée par trois guerres israéliennes entre dans sa 9ème année de blocus tandis que la colonisation de la Cisjordanie s’intensifie. L’Afrique subsaharienne qui subit elle-aussi le poids de ces déstabilisations et ces ruptures d’équilibres entre les anciennes puissances et des puissances émergentes, justifiant de nouvelles ingérences militaires occidentales et le maintien au pouvoir d’élites corrompues.
1969.Un grand moment de notre histoire. Jamais l’ambition qui réunissait l’Afrique à Alger n’a été si nécessaire.

Un film par William Klein, en intégrale ici sur YouTube.

More from Nedjma Djazairiya

1968 Dans un café du quartier de La Boule (Nanterre)

1968 Dans un café du quartier de La Boule (Nanterre). Ils rêvaient...
Read More

Laisser un commentaire